Homélie
Homélie du dimanche 13 septembre - Temps ordinaire - Année A
Matthieu 18, 21-35
P. Louis Quémener, aumônier du Carmel
Le pardon : cœur vital de l’Eglise.

La belle profession de foi de Pierre : "Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant", lui a valu la promesse faite par Jésus : "Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Église."

Mais de quelle Église rêve Jésus ? Une question de Pierre va fournir à Jésus l'occasion de dire une caractéristique essentielle de son Église. C'est peut-être même ce qui est le cœur vital de son église. Jésus veut que son église soit un instrument de réconciliation et de paix dans un monde sans cesse divisé et déchiré. Le pardon, toujours offert, jamais refusé : c'est à ce signe que doit se faire reconnaître le disciple de Jésus.
"Combien de fois dois-je pardonner à mon frère ? jusqu'à 7 fois ?"
"Je ne te dis pas jusqu'à 7 fois, mais jusqu'à 70 fois 7 fois."


La parabole de Jésus invite à remonter jusqu'au Père du ciel pour découvrir la force de son pardon. Nous arrivons à imaginer ce que représentent les 100 pièces d'argent. Mais il est difficile, sinon impossible d'imaginer une hauteur de 60 millions de pièces d'argent !
Or cette somme astronomique dit la dette que nous avons à l'égard de Dieu. Que devons-nous à la générosité sans bornes de Dieu à notre égard ? Contentons-nous d'évoquer quelques points essentiels. Nous tenons avant tout de Dieu le fait d'exister, ce bien précieux qu’est la vie, et tout ce qui nourrit et fortifie la vie. Dans le livre de la Genèse, il est dit que tout ce qui est créé l’est pour le bien de l'homme. Chacun de nous sera bien inspiré de passer en revue tout ce qu'il a reçu gratuitement : sa famille, son éducation, ses capacités physiques, intellectuelles et morales... etc… Si nous avons tiré profit par le travail de nos talents, n'oublions pas que ces talents nous ont été donnés gratuitement.

Mais il y a mieux. Dieu a eu, de toujours à toujours, un dessein bienveillant sur nous. Il a voulu que nous ayons part à sa propre vie et à son bonheur. Et alors même que l'homme a perdu son amitié en se détournant de lui, Dieu a maintenu ferme son dessein d'amour. Et il nous a envoyé son Fils comme Sauveur. Il nous a offert la réconciliation, le pardon et la paix.
C'est tout cet ensemble de cadeaux que nous devons voir dans les 60 millions de pièces d'argent. Il nous est donc impossible de vivre comme si tout cela nous était dû et comme si nous n'avions aucune dette ! 
Dès lors, plus nous pensons sérieusement à tout ce que nous avons reçu, plus il devient affreux de nous montrer égoïste, exigeant, intraitable dès qu’un autre nous doit si peu que ce soit, même si c'est 100 pièces d'argent. Dans la parabole de Jésus, il est dit que les compagnons de cet homme méchant sont profondément attristés. Cette tristesse, nous la voyons tous les jours exprimée à travers le monde ou semble triompher la violence, la haine, la vengeance. Oui vraiment, le monde est dur. Plus que jamais, il faut oser parler de réconciliation, de paix et de pardon.

Et l'Église de Jésus ne doit jamais oublier qu’elle est née du côté transpercé de son Seigneur Crucifié, après qu'il ait prié : "Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font."
Le peuple de Dieu n'a pas été toujours à la hauteur de ses responsabilités. Les papes hier et aujourd'hui lui ont appris à le reconnaître et à confesser ses péchés... Aujourd'hui le peuple de Dieu a une plus vive conscience de ses devoirs. Nous le voyons dans plusieurs régions du monde, là même où les chrétiens sont persécutés.

Il nous revient à chacun de nous de faire un sérieux examen de conscience :

- ai- je su demander pardon?
- ai-je su offrir les pardons demandés ?
- est-ce que je nourris en moi des sentiments de dépit, de rancune ?


Lorsque les relations avec une personne sont difficiles ou conflictuelles, je recommande volontiers : priez sincèrement pour que cette personne se rapproche de Dieu; cela veut dire que vous souhaitez pour elle le vrai bien; c'est le signe que votre pardon est vrai.

N'oublions pas que les petits ruisseaux font les grandes rivières. Si tous les disciples de Jésus à travers le monde multiplient les petits pardons comme les grands, l'Église rendra le témoignage qui lui a demandé par son Seigneur. Amen.